La rage

« Parce qu’on a la rage »… c’est le refrain d’une de mes artistes préférées, nommée Keny Arkana, une véritable plume pour l’âme. La rage, c’est une amie ou une ennemie, selon comment on décide de s’en servir, pourtant elle existe et fait partie de la Vie. Du latin populaire *rabia, du latin classique rabies, la rage a un sens propre, comme un sens figuré.

« On traverse seul les coups vaches de la vie. Le réconfort de l’entourage n’est qu’une simple caresse sur la superficie, mais le chagrin, la rage sont chevillés en nous, aussi profonds qu’inaccessibles aux autres. » – Agnès Ledig

Voyons les définitions, et les différents sens du mot rage :

  • Ensemble des manifestations pathologiques apparaissant chez l’homme et l’animal après contamination par le virus rabique, du groupe des rhabdovirus.
  • État d’irritation, de colère, de fureur qui peut porter à des actes excessifs : Être fou de rage.
  • Besoin ou désir irrépressible de quelque chose : La rage de vivre.

Dans cette réflexion, ce qui nous intéresse le plus est la seconde définition, puis particulièrement la troisième. La rage, sous forme de colère et de fureur, c’est exprimer une frustration, car les choses ne vont pas dans le sens que l’on souhaite. Mais la Vie, ici, ressemble aux montagnes russes, les frustrations s’enchaînent avec les plaisirs, la douleur passe, la joie revient, et ce qui nous paraît insurmontable à l’instant T, se trouve être une simple anecdote des années plus tard… Le changement constant. Alors pourquoi être fou de rage, quand on peut simplement avoir la rage de vivre, sous-entendu être en Vie ?

La Vie, ce qui est, ici et maintenant. Acceptons, ce qui se présente devant nous, car en usant de volonté, on peut toujours faire des choix. Mais tout d’abord, prenons conscience de la Vie, telle qu’elle est perçue par l’Esprit et non uniquement par le carcan de nos cinq sens. C’est ainsi que nous éviterons à notre corps de connaître la définition première du mot. La maladie, forme de mal à dire, est l’acte de refouler les sentiments. Et le corps répond de cette inconscience en ‘tombant dans le mal à dire’… La parole est sacrée même si le silence est d’or, alors essayons de faire un usage correct des deux.

L’exemple commence par Soi.

yaoqi-lai-227961

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s